Du sel sous les pieds, sur la tête

Situé à 45km vers le Nord de la baie Nha Trang, le village de sel Ninh Diem se trouve dans le péninsule Hon Khoi ( ile de Fumée), district Ninh Hoa, province Khanh Hoa. Il s'appelle ile de Fumée en raison qu'on faisa la fumée au sommet de la montagne pour signaler l'attaque de l'ennemie au dynastie de Nguyen. Les Français l'appella Hone-Coché. Possédant 3 faces limitrophes de la mer, la dame de Nature ne gâte pas cette région pour la culture. La plupart des plants ne peut pas survivre près des salines. C'est pourquoi, la majorité des gens locaux vivent depuis autrefois jusqu'à aujourd'hui avec la saliculture.

La saliculture est super dur physiquement comme métier. La principale saison salante commence du Janvier et termine au mois de Juillet. Pour échapper la chaleur horrible, depuis très tôt au matin, vers 4h  les paludiers se lèvent pour aller récolter du sel. Avec un las de 6m sur la main, les hommes saliculteurs râtèle le sel vivement.

 Du sel sous les pieds, sur la têteDu sel sous les pieds, sur la tête

 

Les femmes saunières transportent le sel sur les palanches d'environ 30 kg puis en versent aux dunes de sel. Chaque jour, une saunière peut marcher de 15km-25km pour transporter 200 kg de sel. Des gouttes de sueurs au front, l'allure pressé sous la chaleur du soleil, ces femmes gardent toujours le sourire aux lèvres. 

Du sel sous les pieds, sur la tête

Achever un oeillet, les paludiers tire la queue vers un autre cristallisoir. Le travail termine vers 8h.  Après l'évaporation et la cristallisation, on a les gros sels et les fleurs de sel. Les gros sels restent sur les bâches au champ jusqu'à la fin de la saison salante. La fleur de sel est posée dans des bacs à égoutter, nettoyer ses impuretés puis envoyer à la coopérative. Malgré le travail si pénible, le revenu de paludier n'est qu'environ de 70 à 100 USD par mois. Un sac de sel de 50 kg est vendu avec le prix de 5 USD.

Du sel sous les pieds, sur la têteDu sel sous les pieds, sur la tête

 

 La récolte de sel reste une belle image dans les yeux des touristes. Sous les rayons du soleil, du sel de la tête aux pieds devient la joie des gens locaux. Espérons que les typhons ne balayent plus dans les marais salants pour garder la calmeté du métier aux paludiers. 

Du sel sous les pieds, sur la tête

Auteur: Le Minh Hieu, Phuong Ha

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.